Une épargne qui fait sens

Publié le 14/05/2014 (mis à jour le 02/02/2015)

La Cfdt Aquitaine entretient des rapports de partenariats avec certains acteurs du monde de la Protection Sociale. Le Groupe Humanis en fait partie. Les groupes de protection sociale, dédiés à l'origine à l'activité retraite, ont élargi successivement leur champ d'activités à la prévoyance collective, puis à la santé, l'épargne …. Rencontre avec Gérard Romero, d’Inter Expansion-Fongepar (Gpe Humanis).

L’épargne salariale est un moyen efficace pour les collaborateurs de se constituer une épargne à moyen ou long terme, notamment pour préparer sa retraite. Mais à la différence des livrets d’épargne classiques, elle laisse libre le choix des supports financiers qui accueillent les sommes. Un véritable intérêt quand on sait que chaque plan d’épargne salariale propose un fonds « solidaire ».

Qu’est-ce qu’un fonds solidaire ?

Aujourd’hui il y a une vraie perte de sens de la finance. Nous savons tous que notre épargne est employée dans le cadre d’investissements. Mais nous n’avons aucune idée de son utilisation réelle. Les fonds solidaires, dont l’épargne salariale est le 1er vecteur de distribution, changent cette donne en ouvrant la possibilité d’investir dans des organismes solidaires. Ces derniers vont ainsi utiliser votre épargne pour financer des projets de réinsertion par le logement ou encore d’accompagnement à la création d’entreprise. Il y a un véritable ancrage dans la réalité économique et sociale de notre pays.

Vous voulez dire que la totalité d’un fonds solidaire est investie sur des projets à utilité sociale ?

Non, car la loi n’autorise qu’un investissement à hauteur 5 à 10% du fonds. Mais dites-vous que plus le fonds est important, plus la partie solidaire est grande, contribuant ainsi de manière significative aux financements de ces projets. Les 95 à 90% restants du fonds sont généralement investis sur des actions et/ou obligations, ce qui permet d’assurer la rentabilité financière attendue par les épargnants. C’est gagnant-gagnant. Et parce que nous menons une réflexion d’ensemble sur le sujet, nos fonds solidaires sont également socialement responsables, c’est-à-dire que leur gestion respecte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Est-on en mesure de connaître les projets qui ont été financés par la voie de l’épargne solidaire ?

Tout à fait, et c’est d’ailleurs ce qui renforce l’intérêt de ces fonds. Pour notre part, nous communiquons tous les mois sur les initiatives qui naissent de ces investissements. L’idée étant de donner un vrai retour aux épargnants qui choisissent de placer leur épargne sur ces fonds solidaire.

Vous êtes à l’origine des premiers fonds solidaires régionaux, quelle est la différence avec des fonds solidaires classiques ?

En effet, nous avons voulu aller plus loin dans la démarche. La logique des fonds solidaires est de participer à la dynamique économique et sociale d’un territoire. En créant des fonds régionaux, nous permettons aux épargnants de contribuer à la celle de leur propre région. Le fonds qui vous est dédié, le FCPE Aquitaine Midi-Pyrénées Solidaire, a déjà contribué au financement de 6 projets. Je peux par exemple citer le cas d’une entreprise de menuiserie en Midi-Pyrénées qui a été reprise en SCOP par ses salariés ou encore l’histoire d’une association de travail adapté en Aquitaine qui, grâce au système de l’épargne solidaire, a pu réorienter ses activités et ainsi embaucher de nombreux travailleurs handicapés et salariés en contrat d’insertion. Pour moi, c’est ça « donner du sens à la finance ».

 

Vous souhaitez en savoir plus ?

Contactez Gérard ROMERO au 05.62.73.52.70

gerard.romero@humanis.com